Nos distributions de dons

Comme vous le savez Bali Rêve a établi un projet de tourisme solidaire en collaboration avec ses voyageurs qui permettent ainsi la réalisation de ce projet qui nous tient à cœur. Pour en savoir davantage sur notre projet de tourisme solidaire ou savoir comment vous pouvez aussi y participer rendez vous sur ce lien  https://www.balireve.com/pages/qui-sommes-nous/nos-actions-de-tourisme-solidaire-a-bali-1.html

Encore mille merci à tous pour votre participation à notre projet. Il y a encore tant à faire. Chaque donation faite peut vous sembler être un grain de sable dans un désert et pourtant cela aide et surtout fait très plaisir aux familles que nous visitons de savoir qu'elles ne sont pas oubliées ...

 

DISTRIBUTION DES DONS

Nous avons du procéder en plusieurs journées pour distribuer tous les dons reçus.

Voici donc sur cette première page le récit de notre première journée de distribution de dons qui était au village de Duda Timur dans la région de Karangasem.

Le récit et photos des autres journées de distribution se trouvent dans la deuxième page de cette catégorie et se trouve donc tout en bas sinon vous pouvez cliquez directement ICI pour lire la suite des autres journées de distribution des dons.

 

RECAPITULATIF PREMIER SEMESTRE 2017 : JANVIER-JUIN

DONS D'AFFAIRES

Nous avons reçu de janvier à juin 2017 des dons d'affaires de la part de 25 personnes.

MILLE MERCI A : Sophie Saujot, Anouk Sofrano, Anthony Launay, famille de Yoan, Arielle Calabrese, Véronique Bosquet, Carole, famille d'Isabelle, Anne-Laure, Joël et Brigitte, Nicolas Morel, Christiane et Alexandra Melis, Emmanuel Montejo, le groupe de Jean - Claudine - Jocelyne - Muriel, Nicolas Morel, Christophe Pruvot, Christelle Blancheton, Magali, Désiré Devaine, Thierry Bauzon, Amandine, Camille, Lenaig Judais, Stéphane Barrate, Emilie.

Sans vous ce projet d'aide n'aurait pu aboutir. Merci infiniment d'avoir pu apporter du réconfort et de l'aide à ces gens grâce à vos dons !

 

DONS MONETAIRES

Pour les dons monétaires nous avons reçu de la part de 2 personnes que nous remercions chaleureusement :

- Sophie Saujot : 300 € = 4,250,000 rp

- Sophie Ngo Mai : 400.000 rp

Au TOTAL nous avons donc reçu une donation monétaire de 4,650,000 rp

 

Bali Rêve ayant fait une donation de 3,000,000 rp donc

GRAND TOTAL DE LA CAGNOTTE : 7,650,000 rp

 

REPARTITION DES DONS 

Avec la cagnotte nous avons procéder comme ceci : 500,000 rp / famille d'orphelins, 1,000,000 rp / famille d'enfants malades, 1,000,000 rp / famille pauvre

 

Nous avons visité au total 6 familles d'orphelins :

I Putu Fredy Ananta & I Komang Agus Tri Adinata ont reçu 500,000 rp

Luh Juniantari a reçu 500,000 rp

Komang Nopi Diantara a reçu 500,000 rp

Ni Komang Titah a reçu 500,000 rp

Ayu Tirta Sari a reçu 500,000 rp

Gusti Ayu Komang Putri a reçu 500,000 rp

Total distribué = 3,000,000 rp

 

Nous avons visité au total 3 familles d'enfants malades

I Wayan Dangin a reçu 1,000,000 rp

Ketut Metri a reçu 1,000,000 rp

Nyoman Sudira a reçu 1,000,000 rp

Total distribué = 3,000,000 rp

 

Nous avons visité un vieux monsieur habitant dans la montagne : I Wayan Lapur qui n'a ni eau courante, ni électricité et vit reclus nous lui avons donné 1,000,000 rp car il a aussi a charge son fils d'une quarantaine d'années qui est malade mental. Nous avions aussi acheter avec 250,000 rp de la cagnotte pour eux : du riz, nouilles, huile  etc

 

Nous avons aussi acheté avec notre propre argent que nous n'avons pas inclus dans la cagnotte une vingtaine de trousses car nous n'en n'avions pas reçu assez, vingtaine de livres d'histoire pour enfants,  des jouets.

Pour les dons d'affaires nous avons donné à toutes les familles que nous avons visité des fournitures scolaires, vêtements adultes + enfants, jouets etc et aussi à certains de leurs voisins rencontrés.

Nous avons aussi rendu visite à un orphelinat qui recueille des bébés abandonnés. Nous leur avons donné tous les vêtements et jouets bébés reçus ainsi que les vêtements enfants bas âge + les 400,000 rp restant de la cagnotte. 

 

PREMIÈRE JOURNÉE DE DISTRIBUTION DES DONS A KARANGASEM

Tous les guides Bali Rêve ont rendez vous chez Nyoman pour pouvoir partir tous ensemble au village au village Duda Timu à Karangasem au pied du volcan Agung.  La bonne humeur est au rendez vous pour cette journée et la pluie aussi.

Arrivés au village nous rencontrons le chef du village : I Made Puja que j'avais contacté et qui nous guidera vers les maisons des familles que nous voulons visiter. Cet homme est un chef de village remarquable car il prend très à coeur le sort de ses habitants et d'une gentillesse incroyable. Un grand merci à lui de nous avoir accompagné durant cette journée.

 

 

LES FRÈRES ORPHELINS

LEUR HISTOIRE 

I Putu Fredy Ananta Putra : 10 ans & I Komang Agus Triadinata : 11 ans habitent au village Duda Timur dans la région de Karangasem.

Leur père est mort dans un accident de la route il y a 5 ans et leur mère s'est remariée, les abandonnant à la charge de leurs grands parents.

Leur grand-père travaille comme ouvrier sur les chantiers de construction et reçoit 60.000 rp par jour (environ 3 euros/jour) et il travaille environ 15 jours par mois. 

Leur grand-mère quant à elle fabrique quelques petites offrandes et reçoit 100.000 rp par mois pour cela tandis qu'elle s'occupe de ses petits enfants à la maison.

Condition de leur maison : le plafond s'est effondré et les tuiles sont en mauvais état. Parce que leur maison est insalubre la grand mère vit avec les 2 garçons dans la maison de son neveu qui est dans la même enceinte. Le neveu lui habitant à Singaraja. Quant au grand-père il habite dans sa maison en mauvaise condition. 

 

NOTRE RENCONTRE AVEC EUX 

Quand nous sommes arrivés à leur maison les garçons se sont cachés car intimidés par notre présence. Ils devaient surement se demander ce qu'un tel groupe venait faire chez eux et on peut les comprendre. Nous avons reçu un accueil chaleureux de la part de leur grand-père, leur grand-mère étant absente lors de notre visite. Il nous a raconté l'histoire des garçons puis il est allé les chercher dans la maison. Ils se présentent, je nous présente tous de Bali Rêve et je leur pose une question : " Mais où est donc Made? Je vois qu'il y a vous 2 Putu et Komang mais où est donc celui du milieu ? " et la on me répond que leur frère est mort il y a quelques années de cela. Je n'en demanderait pas plus car c'était triste.

● Chaque frère a reçu des vêtements, trousse avec tout le nécessaire dedans, crayons de couleur, feutres, quelques jouets. Et des vêtements adultes ont été donnés à leurs grands-parents.

● Une donation de 500,000 rp a été remise à la famille. 

 

L'ORPHELINE : NI KOMANG NOPI DIANTARI

SON HISTOIRE  

Ni Komang Nopi Diantari a 10 ans et habite le village de Duda Timur dans la région de Karangasem.

Elle est la cadette d'une fratrie de 3. Son frère de 17 ans travaille comme sculpteur de pierre. Sa sœur de 15 ans quant à elle travaille comme femme de menage a Denpasar.  Son père est mort quand elle avait 2 mois puis sa mère l'a abandonné pour aller se remarier avec un autre homme. Ses grands parents font de l'artisanat pour gagner un peu d'argent.

 

NOTRE RENCONTRE AVEC ELLE

En passant dans son village nous sommes passés devant une crémation où il y avait grand monde. Arrivés à la maison de Nopi c'est une bien triste nouvelle qui nous attend ... En effet la crémation devant laquelle nous étions passés était en fait celle de son grand-père. Imaginez donc notre choc et surtout notre gène d'arriver à un tel moment puisque nous n'avions pas été mis au courant. Nopi a beaucoup pleuré et nous avons été très touchés car pour elle son grand-père était comme un père et dorénavant il ne lui reste plus que sa grand-mère pour veiller sur elle. On a essayé de lui remonter le moral comme on pouvait mais nous sommes partis de chez elle le coeur peiné.

 

● Nopi a reçu des vêtements, trousse avec tout le nécessaire dedans, crayons de couleur, feutres, quelques jouets, livres pour enfants. Et des vêtements adultes ont été donnes à sa grand-mère.

● Une donation de 500,000 rp a été remise. Mais nous avons été tellement touchés par les événements que nous avons voulu donne de plus, chaque guide de Bali Rêve et moi même avons donc cotisé pour donner plus d'argent pour elle que les 500,000 rp. Avec cela elle a donc reçu plus de 1,000,000 rp.

L'ORPHELINE : NI LUH JUNIANTARI

SON HISTOIRE  

Ni Luh Juniantari a 7 ans et habite le village Duda Timur dans la région de Karangasem avec ses grands-parents.

Après la mort de son père, sa maman est repartie dans son village d'origine laissant ainsi Ni Luh avec ses grands-parents.

Son grand-père ne peut plus travailler à cause de son asthme tandis que sa grand-mère vend du maïs bouilli/cacahouètes lorsque c'est la saison. Quand ce n'est pas le cas ils sont souvent obligés de demander de la nourriture à leurs voisins. 

 

NOTRE RENCONTRE AVEC ELLE

L'accès pour aller chez elle est très étroit et on a du poursuivre à pieds notre chemin sur plusieurs centaine de mètres.

Ses grands parents nous ont accueilli chaleureusement et avec ce sourire si caractéristique des Balinais. Ni Luh était en train de jouer avec ses voisins quand nous sommes arrivés. Ils étaient tous contents mais surtout très curieux par rapport à notre visite. Les enfants n'étaient pas timides et au contraire très impatients d'ouvrir les sachets pour voir ce qu'ils contenaient ( dans la coutume lorsqu'on donne un cadeau à un Balinais celui ci attend toujours que son hôte soit parti pour l'ouvrir, n'y voyez pas la du désintérêt pour nous c'est plutôt une marque de politesse ). Ni Luh est tombée sous le charme de la Barbie qu'elle a reçu, d'ailleurs sa question fut " Elle est où la brosse à cheveux de Barbie ?" zut on en avait pas ! Ahaha du coup une copine à elle est aller chercher ... une règle pour brosser Barbie jusqu'à ce qu'on lui dise qu'elle pouvait utiliser son propre peigne. Et quelle surprise pour eux lorsqu'ils ont vu la boite avec les tampons encreurs ! Ils ne savaient pas ce que c'était du coup je leur ai montrer comment utiliser et après ils n'arrêtaient pas de jouer avec en les posant sur leurs mains ! Un agréable moment partagé avec tous ces enfants.

 

Ni Luh a reçu des vêtements, trousse avec tout le nécessaire dedans, crayons de couleur, feutres, quelques jouets, livres pour enfants. Des vêtements adultes ont été donnés a ses grands-parents. Des fournitures scolaires et vêtements enfants ont été distribués à ses voisins. 

Une donation de 500,000 rp a été remise à la famille. 

 

L'ORPHELINE : NI KOMANG TITAH

SON HISTOIRE  

Ni Komang Titah a 15 ans et est une orpheline qui vit avec sa tante, sa grand-mère et son frère de 22 ans qui lui a quitté les bancs de l'école lorsqu'il était en école primaire. Ses parents sont morts quand elle était petite. Elle a réussi à poursuivre jusqu'à maintenant ses études grâce aux donations reçues au fil des ans. D'ailleurs elle est une excellente étudiante car elle est la première de sa classe.

Komang n'a pas de chambre pour elle, elle dort dans le salon sur des tapis faits de bambous et sans matelas. Son frère est sculpteur de pierre et sa tante fait de l'artisanat.

 

NOTRE RENCONTRE AVEC ELLE

On a du marcher plusieurs centaines de mètres pour rejoindre sa maison qui est en plein milieu de la foret. Elle était plutôt timide et nous avons été accueillis par sa tante. Komang est une jeune fille très gentille, intelligente et qui a l'air très sérieuse et motivée pour s'en sortir. On lui souhaite beaucoup de réussite dans ses études. 

Komang a reçu des vêtements, trousse avec tout le nécessaire dedans, crayons de couleur, feutres. Et des vêtements adultes ont été donnés a sa grand-mère et tante.

Une donation de 500,000 rp a été donnée à la famille. 

PARALYSIE CEREBRALE : NI KADEK OKTARIAN

SON HISTOIRE  

I Wayan Dangin est le papa et travaille sur les chantiers de construction, il gagne 70,000 rp / jour (environ 5 euros/jour) et travaille environ 15/20 jours par mois.

Sa femme ne travaille pas elle doit s'occuper de leur deuxième enfant : Ni Kadek Oktarian, 5 ans qui souffre d'une paralysie cérébrale. Leur fille ainée, 9 ans n'est pas malade et est scolarisée.

 

NOTRE RENCONTRE AVEC ELLE

Ni Kadek Oktarian est comme cela depuis tout bébé et ne peut pas être couchée sinon elle souffre comme nous a expliqué sa maman, elle doit donc tout le temps être portée en position debout et ce même pour dormir. Nous avons demandé à sa maman comment elle faisait pour connaitre les besoins de sa fille puisqu'elle ne parle pas, elle nous a répondu que dans ces cas la sa fille pleure et c'est donc à elle de deviner ce que sa fille veut. Mais avec l'habitude et la routine sa maman sait quand est venu le moment de la nourrir etc. Cela nous a fait beaucoup de peine de voir cette petite fille et les conditions dans lesquelles ils vivent. Il n'y a rien de pire de voir son enfant grandir en étant ainsi...

Sa soeur ainée qui n'était pas la a reçu des vetements, trousse avec tout le nécessaire dedans, crayons de couleur, feutres, quelques jouets, livres pour enfants. Et des vêtements adultes ont été donnés à ses parents.  Kadek a quant à elle reçu des vêtements.

Une donation de 1,000,000 rp a été remise à la famille. 

 

LISEZ LA SUITE DES AUTRES JOURNEES DE DISTRIBUTION DES DONS EN CLIQUANT ICI OU EN CLIQUANT JUSTE EN BAS SUR LA FLECHE A COTE DU NUMERO 1

DEUXIÈME JOURNÉE DE DISTRIBUTION DES DONS

Pour cette deuxième journée de distribution des dons toute l'équipe n'a pu être au complet : Gede, Made, Yoko, Oka et moi étions présents car les autres faisaient des excursions. Nous nous sommes rendus cette fois ci dans la région de Gianyar pour rencontrer 2 familles dont les enfants souffrent de paralysie cérébrale. 

PARALYSIE CÉRÉBRALE : PANDE SUDARSANA

SON HISTOIRE 

Ni Ketut Metri et son mari I Nyoman Sudarta ont 2 enfants et habitent le village de Singapadu (Gianyar).

  1. I Komang Santa Darma un jeune homme de 24 ans qui travaille comme jardinier dans une villa 
  2. Pande Sudarsana, 15 ans souffre de paralysie cérébrale 

Le papa travaille sur les chantiers de construction et gagne 100,000 rp par jour. Par mois il peut travailler 15 - 20 jours. 

 

NOTRE RENCONTRE

C'était beau de voir autant d'amour. Dans les gestes de cette mère il y avait tant de tendresse, d'ailleurs il suffit de jeter un coup d'oeil aux photos pour le voir. Pande Sudarsana ne peut pas parler mais dans ses yeux on voit tout l'amour qu'il porte à sa maman. On a bien compris que cette famille faisait de son mieux pour que leur enfant soit bien malgré leurs conditions de vie difficiles. 

La somme de 1,000,000 rp a été remise à la famille et des vêtements adultes et aussi enfant ont été donnés. 

PARALYSIE CÉRÉBRALE : NI WAYAN BELAYANI & I NYOMAN DIO SUARDIANA

LEUR HISTOIRE

I Nyoman Sudira et sa femme ont 3 enfants et habitent le village de Bedulu (Gianyar).

  1. Ni Wayan Belayani : un garçon de 14 ans qui souffre de paralysie cérébrale
  2. Ni Kadek Novi Ardiani une fille de 10 ans qui va à l'école
  3. I Nyoman Dio Suardiana un petit garçon de 5 ans qui souffre de paralysie cerebrale

Les 2 enfants qui sont malades ne peuvent marcher, parler mais juste rester en position allongée ou semi allongée. Ils sont nés normaux mais à leur troisième semaine ils ont été atteints de paralysie cérébrale.

 

Leur papa fabrique de l'encens et installe aussi des sols en pierre. Les revenus de la famille sont donc irréguliers car son encens ne se vend que lors de cérémonies et pour son autre métier uniquement quand il y a commande. La majorité de son temps il le dédie à amener ses 2 enfants handicapés à 3 séances de thérapie hebdomadaire.

2 séances de thérapie se déroulent au Legong Peduli Kasih à Sukawati à Gianyar et sont gratuites. 

1 séance de thérapie se déroule à l'hôpital général de Sanglah à Denpasar, cette séance est gratuite grâce à l'utilisation du JKBM mais le cout des médicaments s'élève à 300.000 rp par mois

Le cout pour louer une voiture afin d'amener les enfants à leurs séances 3 fois par semaine s'élève au total à 600,000 rp par semaine ! Faites les comptes ... 

 

NOTRE RENCONTRE

Emouvant de voir autant d'amour dans une fratrie. La soeur de Ni Wayan Belayani et de I Nyoman Dio Suardiana est pleine d'attention envers eux, c'était touchant de voir cela. Leur soeur est une très bonne élève à l'école et on sent vraiment sa détermination pour s'en sortir dans la vie. Un beau moment de partage et d'échanges avec cette famille. 

La somme de 1,000,000 rp a été remise à la famille et des vêtements adultes et aussi enfant ont été donnés.  Nous avons aussi donné à leur soeur une trousse avec tout le nécessaire dedans, crayons de couleur, feutres, quelques jouets, livres pour enfants.

TROISIÈME JOURNÉE DE DISTRIBUTION DES DONS

Pour cette troisième journée de distribution moi, Nyoman, Ketut chauffeur chez nous, Gede, Made et Kadek anglophone nous sommes rendus dans la région de Penebel à la rencontre d'un vieux monsieur qui habite seul dans la montagne avec son fils, une vraie expédition puis nous sommes allés dans la montagne puis nous sommes allés voir une petite fille qui habite avec ses grands-parents dans un autre village.

PAUVRE DANS LA MONTAGNE : I WAYAN LAPUR

SON HISTOIRE

I Wayan Lapur la 70 ans et vit avec son fils de 44  ans qui souffre de troubles mentaux et il n'est pas marié. La femme de I Wayan Lapu est décédée il y a quelques annees de cela. Il travaille en tant qu'agriculteur et n'arrive donc à avoir une source de revenue que quand c'est la récolte.

Quant à son fils il fabrique du sucre de palme et travaille comme agriculteur comme son père.

Ils obtiennent 15 kg de riz mensuel en payant 24.000 rp dans le cadre de l'aide aux pauvres du gouvernement.

 

NOTRE RENCONTRE

Il nous a fallu plus d'1h de marche à travers la foret pour pouvoir accéder à sa maison qui est en haut d'une colline. Nous étions accompagnés pour l'occasion par le chef du banjar, d'une bénévole de l'association Bali Caring Community qui aide à mettre en contact les gens désireux de visiter des familles dans le besoin pour faire des donations et qui permet aussi le sponsor de personnes dans le besoin. Un ami à tous les guides de Bali Rêve qui est aussi notre partenaire pour faire des randonnées et qui connait bien la foret que nous devions traverser est venu avec nous.

Quand on dit que c'était la foret on exagère pas y a même fallu y aller par moments avec le grand couteau pour couper la végétation qui nous gênait le passage, et en plus il pleuvait ce jour la ce qui rendait une partie du trajet glissante, d'ailleurs la bénévole de BCC est tombée dans le ruisseau que nous avons du traverser la pauvre.

Une fois arrivés c'est un homme certes âgé (70 ans) mais en pleine forme et au regard vif qui nous accueille. Il nous explique que son fils habite 200 m plus bas de chez lui mais qu'il ne sortira pas car trop timide. I Wayan Lapur nous explique qu'il vit en fait en totale autarcie avec son fils. Ils n'ont ni électricité ni eau courante, qu'il a quelques rizières dont ils s'occupent ensemble. Quand il a besoin de fruits ou légumes il va tout simplement dans la foret les ramasser et ne va que très rarement au village. On le comprend vu la route qu'il y a à faire. Pendant que nous discutons avec I Wayan Lapur un voisin vient lui rendre visite et la c'est encore un monsieur beaucoup plus âgé que nous rencontrons. Il est content de nous voir et il se met à nous raconter des anecdotes notamment celle de la guerre qu'il a connu gamin autant vous dire que tout cela nous a forcement fasciné ! 

Une donation de 1,000,000 rp a été remise à I Wayan Lapur ainsi que du riz, de l'huile, carton de nouilles.

ORPHELINE : AYU TIRTA SARI

SON HISTOIRE

Ayu Tirta Sari a 5 ans, elle habite le village Mengesta (Penebel) et est élevée par ses grands-parents, son père étant mort dans un accident de scooter quand elle avait 3 mois. 6 mois après la mort de son papa sa maman l'a abandonné pour retourner dans son village d'origine.

Ses grands parents d'une soixantaine d'années travaillent comme paysans ils n'ont donc pas de revenus réguliers, ils ont aussi 2 vaches pour s'assurer un peu de revenus supplémentaires.

 

NOTRE RENCONTRE  

C'est une petite fille vraiment adorable que nous avons rencontré, pleine de joie de vivre et vive d'esprit. Elle était très contente de nous voir surtout quand elle a vu les sachets remplis de choses pour elle et comme vous pouvez vous en doutez ce qui l'intéressait le plus c'était les jouets. Une fois que les jouets furent sortis elle a filé dans sa chambre pour y jouer toute seule hehehe. Son sourire en disait long sur sa joie !

 

● Ayu Tirta Sari a reçu des vêtements, trousse avec tout le nécessaire dedans, crayons de couleur, feutres, quelques jouets, livres pour enfants. Et des vêtements adultes ont été donnés à ses grands-parents.

● Une donation de 500,000 rp a été remise. 

 

 

QUATRIÈME JOURNÉE DE DISTRIBUTION DES DONS

Pour cette journée ma fille de 8 ans a insisté pour m'accompagner car elle s'intéresse beaucoup à ce projet de tourisme solidaire et pose toujours plein de questions sur le sujet, elle cherche vraiment à s'impliquer et à comprendre ce qui se passe dans notre société. Pour l'occasion nous sommes donc partis tous les 2 et avec mon frère de 14 ans dans la région de Tabanan d'où je suis originaire.

ORPHELINE : I GUSTI AYU KOMANG PUTRI

SON HISTOIRE

I Gusti Ayu Komang Putri a 9 ans et habite le village de Denbantas à Tabanan et elle est la cadette d'une fratrie de 4 enfants. Elle vit avec 2 de ses frères : un qui a 32 ans qui fabrique de l'artisanat d'objets en métal et un autre de ses frères qui va au lycée. L'ainé de la fratrie habite quant à lui dans une autre ville et est déjà marié. 

Le frère avec qui elle vit et qui travaille veille donc sur elle. Leurs parents sont morts il  y a 7 ans à la suite d'une maladie. Cela n'a pas du être facile d'élever tout seul petit frère et petite soeur durant toutes ces années.

 

NOTRE RENCONTRE AVEC ELLE

I Gusti Ayu Komang Putri est une fille très réservée qui ne parle pas beaucoup. Elle connait des difficultés scolaires et n'est pas très sociable à l'école du coup son grand frère se fait du souci pour elle. Parmi toutes les familles que nous avons rencontré depuis que nous avons commencé nos journées de distribution de dons cette famille est l'une qui vit vraiment dans les pires conditions sanitaires. Leur pièce pour se doucher est en fait à l'extérieur avec juste un pan de mur, pas de toit, on vous laisse imaginer quand c'est la saison des pluies ... On souhaite bien du courage à cette famille en espérant de tout coeur qu'I Gusti Ayu Komang Putri réussira à s'en sortir. 

 

● I Gusti Ayu Komang Putri a reçu des vêtements, trousse avec tout le nécessaire dedans, crayons de couleur, feutres, quelques jouets, livres pour enfants. Et des vêtements adultes ont été donnés à ses frè​res.

● Une donation de 500,000 rp a été remise. 

L'ORPHELINAT : MAMA & MAGGHA FOUNDATION

HISTOIRE

Cet orphelinat doit son origine à une adolescente : Maggha Karaneya qui est la petite fille d'une Balinaise très connue à Bali pour son entreprise de ligne de vêtements mais aussi pour sa générosité. Sa petite fille a été élevée dès son plus jeune âge dans les activités caritatives et cet esprit d'aider en retour la société. A 15 ans Maggha décide après la visite d'un orphelinat tres pauvre de créer un sanctuaire pour les bébés abandonnés par des mamans très jeunes, elle réussira avec l'aide de sa mère à créer cet orphelinat dont elle est aujourd'hui toujours à la tête tout en poursuivant ses études.

 

NOTRE RENCONTRE

Quand on arrive à cet orphelinat Mama & Maggha Foundation à l'accueil il y a l'histoire de pratiquement tous les bébés qui y sont actuellement. Les histoires sont tristes et se ressemblent pour la plupart et en général les mamans sont jeunes entre 16 et 20 ans.

Il y a des prématurés par exemple qui ont du être transférés à un autre hopital pour des soins et la maman n'est jamais revenue à l'hopital récupérer le bébé.

Des jeunes filles qui sont enceintes mais dont le père ne veut pas assumer la paternité et donc pour ne pas apporter la malchance sur le village car mal vu d'avoir un enfant hors mariage et afin de ne pas avoir à payer une cérémonie de purification du village qui coute très chère mais aussi par honte ces futures mères quittent leur village pour pouvoir donner naissance et confier leur bébé à cet orphelinat.

Un des bébés qui est actuellement à l'orphelinat a par exemple été retrouvé devant un marché avec le cordon ombilical toujours accroché à lui. Dans le passé l'orphelinat a recueilli un bébé abandonné dans un temple, une fois même à l'arrière d'une camionnette.

Un des bébés actuellement à l'orphelinat est aussi issu d'un viol. Le village ne voulait pas de la maman vu les circonstances de la conception de ce bébé du coup la maman a du quitter le village mais ne pouvait pas s'occuper financièrement de son bébé car elle est toujours à l'école. L'orphelinat lui paie donc les frais d'école pour qu'elle puisse terminer ses études.

Parfois ces jeunes mamans apprennent que leur petit copain est en fait déjà marié et a déjà des enfants et bien entendu quand le père apprend la nouvelle de la grossesse il quitte ces jeunes femmes qui ne se trouvent pas prêtes mentalement à pouvoir élever un enfant seule.

En général donc il y a ce problème de donner naissance hors mariage et donc d'apporter la honte pour la famille mais aussi que ces mamans ne sont pas prêtes pscyhologiquement ou financièrement pour élever un enfant vu que la plupart sont encore très jeunes et se retrouvent sans soutien moral de la part de leur famille ce qui les pousse donc à abandonner leur enfant dans l'espoir de lui donner une chance dans la vie.

( Pour ceux qui ne le savent pas en Indonésie il n'y a pas d'allocation familiales. )

 

On m'a expliqué que la majorité des femmes qui s'occupent des bébés sont des infirmières et qu'il y a 3 roulements par jour pour s'occuper des 13 bébés présents actuellement à l'orphelinat. Cela se voit que les enfants sont très attachés aux femmes qui s'occupent d'eux tous les jours et en même temps ils sont en demande d'affection de la part des gens qui viennent les visiter. A peine assis que voila qu'il y a un petit bonhomme qui vient me voir pour s'assoir sur moi et il est resté ainsi tout le long de la visite. Tous les enfants ont l'air en bonne santé, épanouis, l'orphelinat est propre et ils ont vraiment l'air très bien organisés la bas. Cela m'a vraiment fait plaisir de pouvoir passer un moment avec tous ces enfants. On leur souhaite d'être très vite adoptés! 

 

 

● L'orphelinat a reçu 2 gros sacs de vêtements bébés et 1 sac de jouets.

● Une donation de 400,000 rp a été remise.