Kebaya 1

La tenue traditionnelle des Balinais

 

Bali, Bali une ile remplie de couleurs. Vous n'aurez de cesse d'être en admiration devant les Balinais revêtant leurs plus belles tenues traditionnelles pour aller aux cérémonies religieuses ou assister par exemple à un mariage etc. Les Balinaises élégantes et sur leur 31 ressembleraient presque à des princesses dans leurs tenues aux couleurs vives. Quant aux hommes un aura de sérénité se dégage d'eux. Derrière ces tenues il y a des codes et tout un tas de symboles que nous vous invitons a interpréter avec nous. 

 

LES FEMMES

Pour les femmes, ou les petites filles, la chevelure a son importance. La coiffure préférée est le chignon qui rappelle celui de la jolie princesse Drupadi, l’épouse de l’un des frères Pandawa, dans le Mahabharata. Les femmes qui ont les cheveux courts rajoutent souvent des fausses mèches afin de pouvoir le porter. Mais il est important que celles qui ont la longueur de cheveux suffisante les attachent et soient soigneusement coiffés ainsi les mèches de cheveux ne tombent pas dans la zone du temple et le sacré du temple est maintenu . Et pour les événements spéciaux, comme leur mariage, leur limage de dents, ou lorsqu’elles dansent, on pique dans les cheveux des jeunes filles une multitude de fleurs en métal doré, c’est très joli, mais cela pèse très lourd ! 

Il y a très longtemps, pour se vêtir, les femmes enroulaient un long morceau de tissu appelé sabuk tout autour de leur buste. Il était plus étroit que le saput, mais bien plus long, puisqu’il mesurait plus de trois mètres. Les danseuses et les mariées, de nos jours le portent encore mais les autres femmes, elles, mettent des kebaya. Ce sont de très belles chemises à manches longues, la plupart du temps en dentelle colorée et transparente et en dessous des corsets. De nos jours la mode est d'avoir nos chemises à longueur du coude voir plus court).  Elles enroulent ensuite autour de leur taille un sarong, c’est une pièce de tissu d’environ deux mètres de long, en général en batik imprimé qui s’étend jusqu’aux chevilles. Et enfin, par-dessus, elles nouent une ceinture : selendang. L’ensemble est très coloré, mais toujours bien assorti. Les enfants s’habillent comme les adultes, mais il existe pour eux des tenues toutes faites achetées sur les marchés, où le sarong est remplacé par une jupe longue, ce qui est bien plus pratique !

 

Kebaya18 1

Kebaya3

Cette fois ci le kebaya manches courtes dont certains Balinais s'offusquent.

QUAND LA MODERNITE CHANGE LES TRADITIONS

Jusqu'aux années 1930 les Balinaises se rendaient aux cérémonies seins nus mais cela changea à cause des Néerlandais qui réussirent à les convaincre de se couvrir.

Normalement les femmes se doivent d'être habillées simplement et correctement pour aller au temple mais depuis quelques années il y a une évolution de la mode dans les tenues traditionnelles des femmes qui portent des kebaya à manches mi longues ou très courtes. Cela commence à gêner certains qui voient sous un mauvais oeil ce changement considérant que cela devient presque un concours de beauté pour aller au temple et que c’est trop sexy. Par exemple au temple Shiva de mon village il est interdit depuis quelques mois aux femmes de porter des kebaya aux manches de longueur plus courte que le coude.

Quant aux couleurs des kebaya à l'origine on attend qu'ils soient de la couleur de la pureté et de la gloire : blanc qui symbolise la pureté et jaune qui représente le triomphe, la prospérité.

Lors de crémation les Balinaises porteront des kebaya noirs ou de couleurs sombres, les castes les plus élevées quant à elles peuvent parfois porter si elles le souhaitent du blanc.

Malheureusement à Bali les temps changent et dorénavant les Balinaises ne prêtent plus trop attention à la signification et philosophie de tout cela. Aujourd’hui il s'agit davantage de tendance de mode, de luxe etc et là parfois se voient les différences de statut social. 

 

LES HOMMES

Quant aux hommes : leur tenue traditionnelle  est composée d’une chemise blanche et d’un sarong autour de la taille, puis recouvert d’un autre tissu un peu plus court d’une autre couleur généralement jaune clair ou blanc avec une décoration de bordure il s'agit du saput, le tout est maintenu avec une ceinture traditionnelle sous la chemise  La pièce de tissu rectangulaire unie ou décorée : le kamben s’enroule autour de la taille comme un étui (d’où son nom) et se replie en frange Et enfin d’un turban sur la tête : udang avec deux pétales, symbolisant le bien et le mal et doit être dirigé vers le haut (de la montagne).

 

 

Bali man1

Tenue traditionnelle des Balinais

L'UDANG : TURBAN LOCAL

Les hommes les portent pour les cérémonies mais aussi pour les rassemblements traditionnels , activités religieuses etc et est parfois utilisé quotidiennement par les chefs religieux. 

Les Balinais le portent quand ils vont au temple ainsi leurs cheveux ne sont pas désordonnés car si un cheveu tombe dans la zone du temple cela peut alors interférer à la pureté de celui-ci. 

Mais cet udeng a aussi une signification religieuse il est le symbole du Ulu Candra qui représente la lettre Balinaise.  Le côté droit " jambu " est un peu plus grand ou haut que le côté gauche car il marque l'homme prostré sur la base du bon service et symbolise la bonté  et Shiva tandis que celui de gauche symbolise le mal. Quant à la partie qui fait le tour de la tête elle est pour Brahma le créateur. 

En tout cas il y a plusieurs interprétations de l'udeng, certains disent qu'il représente garuda le dieu des oiseaux qui gardent nos âmes de toutes les mauvaises influences, c'est pour cela que l'udeng serait sur la tête qui est le siège de l'âme. D'autres disent qu'il nous sert pour nous connecteur avec nos dieux. 

 

Sachez qu'il existe plusieurs style de udeng, par exemples les prêtres utilisent un " udeng mangku " qui les distingue du peuple. Vous avez aussi les pecalang qui sont des hommes de sécurité traditionnels qui eux utilisent un jejantaran signe de leur rôle de force de sécurité. 

De plus il y a certaines règles à respecter pour les couleurs et motifs de l'udeng. Pour une cérémonie ou l'anniversaire d'un temple un udeng blanc aux motifs or sera porté. Si on assiste à une cérémonie tel que mariage, limage de dent etc un udeng de motif batik sera porté et pour les crémations un udeng noir ou a batik dont les motifs mettent l'accent sur le noir.

 

 

 

Udeng

Udeng de cérémonie

 

Udeng batik

Udeng batik

 

Udeng mangku

Udeng mangku

 

Pecalang

RELATION ENTRE LES ENERGIES SPIRITUELLES ET NOS TENUES TRADITIONNELLES

Il y a 6 chackras ( énergies spirituelles ) localisées dans nos corps humains et qui sont contrôlés par nos tenues traditionnelles.

 

Le troisieme oeil " ajna "

Il est connecté à l'énergie pure : l'esprit est associé à l'éclaircissement. Ainsi le but pour un homme de porter l'udeng est de lier et concentrer sa conscience à un point de pureté totale et de la distinguer de tous ses désirs personnels qui font un homme échouer.

 

La gorge " vishudda " 

Elle est associée à la connaissance, la sagesse et compréhension, cette zone reste ouverte et des flux circulent librement.

 

Le coeur " anahata "

Il est connecté à l'air et associé au partage, l'amour, la dévotion, le service désintéressé et la compassion. Il est au dessus de la frontière créée par le selandang ( la ceinture que les Balinais portent sur leur tenues de cérémonie ) et bien qu'il soit couvert par une chemise ou un kebaya il est ouvert et coule librement. 

 

Le nombril " manipura "

Connecté pour tirer il est associé à l'immortalité, la gloire, le pouvoir et la puissance, l'autorité et la richesse. Ces désirs sont harnachés par le selandang ( rappel : notre ceinture pour nos tenues ).

 

Les organes génitaux " svadhisthana "

Connecté à l'eau ils sont associés à la famille, procréation, des fortes envies sexuelles et le rêve. Ces instincts sont exploités par le saput et sabuk.

 

Le périnée " mulhadhara " 

Connecté à la terre il est associé à la base, à la sécurité, des conforts physiques de base et des besoins biologiques de base et l'abri. Ces instincts sont exploités par le kamben.

société